Poisson Xiphophorus hellerii : caractéristiques, comportement et information !

0
616
Xiphophorus hellerii
Nom Scientifique  Xiphophorus hellerii
Descripteur Heckel, 1848
Famille Poeciliidés
Synonyme(s)
ou Nom(s) commun(s)
  • Mollienisia helleri (Sci)
  • Poecilia helleri (Sci)
  • Xiphophorus brevis (Sci)
  • Xiphophorus guentheri (Sci)
  • Xiphophorus guntheri (Sci)
  • Xiphophorus helleri (Sci)
  • Xiphophorus helleri brevis (Sci)
  • Xiphophorus helleri helleri (Sci)
  • Xiphophorus helleri strigatus (Sci)
  • Xiphophorus hellerii guentheri (Sci)
  • Xiphophorus jalapae (Sci)
  • Xiphophorus rachovii (Sci)
  • Xiphophorus strigatus (Sci)
  • porte-épée (Fra)
  • xypho (Fra)
  • Green swordtail (Ang)
  • Streifenschwertträger (All)
  • Yucatan-Schwertträger (All)
Taille Mâle : 10.0 cm, Femelle : 12.0 cm
Origine Nord et Amérique centrale : Rio Nantla, Veracruz au Mexique au Honduras nord-ouest.
Afrique : Les populations sauvages ont signalé du Transvaal natal et oriental ainsi que dans le lac Otjikoto, Namibie.
Plusieurs pays signalent l’impact sur l’écologie défavorable après introduction.
Température 22 °C à 28 °C
pH  7.5 à 8.2
Dureté  15 °d GH à 30 °d GH
Zone de vie Surface & Milieu
Description Le xiphophore de Heller est vert, rouge ou blanc avec la nageoire dorsale du mâle et les nageoires gris fumé ou noir pour les 2 sexes.
Le tuxedo Xiphophorus a les flancs noirs avec des reflets vert-argent.La couleur de base est le gris-vert, le rouge ou le blanc.
Le xypho-lyre a une queue a double-épée, avec une couleur de base verte, rouge ou blanche (forme d’élevage )La variété se rapprochant le plus de la forme sauvage a les rayons inferieurs de la nageoire caudale longs formant une épée bordée de noir. La couleur de base est le gris-vert, avec une bande longitudinale rougâtre au milieu du corps.
Espérance de vie 2 a 3 ans
Comportement Ils sont grégaires et s’élèvent par groupes comportant:
comme pour tous les pooissons de cette famille, il faudra prévoir plusieurs femelles par mâle pour éviter l’épuisement de celles-ci face aux ardeurs de leurs compagnons.
on peut se procurer un harem (1 mâle et 3 femelles minimum) au départ,
mais le but sera de garder certains jeunes pour constituer une colonie d’une dizaine d’individus (toujours avec un sex-ratio de 3 femelles par mâle)Ils peuvent sauter de l’aquarium, celui-ci devra donc toujours être couvert.Ils occupent la totalité de l’aquarium mais privilégient les parties hautes du bac.toujours a la recherche de rivaux ou de partenaires à séduire, c’est poissons sont particulièrement dynamiques: ils demandent donc un espace vitral important et pourront stresser des pooissons calmes ou craintifs.

les mâles agressifs entre eux mais leur cohabitation reste possible si le litrage est adéquat et les femelles assez nombreuses.

Un strict minimum de 150L pour 8-10 Xiphos est a prévoir.

les xipho et les platy s’hybrident facilement entre eux.
Tous les xipho et platys d’élevage que l’on rencontre actuellement en animalerie on été obtenus par hybridation entre helleri et les platys maculatus et variatus,pour cette raison on parlera de xipho type « helleri »(sauf les sauvages bien sur).
Ce n’est cependant pas une raison pour s’amuser à les croiser ,en reproduisant deux poissons de morphologie trop différente vous risquez d’obtenir des alevins malformés.

Reproduction Le xypho est ovovivipare.
La gestation dure 4 à 6 semaines. Les femelles donnent entre 20 et 100 alevins et peuvent avoir plusieurs ponte avec une seule fécondation. Il s’écoule 5 semaines entre 2 portées. Il faut retirer la femelle après la ponte pour ne pas qu’elle dévore ses alevins qu’on nourrira avec des nauplies d’artémia et des microvers. Leur croissance est lente, il faut environ 1 an pour avoir un bon adulte.
Certains mâles mettent beaucoup de temps a développer leur gonopode et leur épée,ce qui donnent l’impression que ce sont des femelles qui changent de sexe,ces mâles tardifs seront de plus grandes tailles que les mâles plus précoces.
Dimorphisme Le mâle se distingue par son gonopode et par l’allongement en forme d’épée des rayons inférieurs de sa nageoire caudale. Tandis que les femelles n’ont pas d’épée et ont une tache noire au ventre. Il existe des mâles plus petits qui se reproduisent plus tôt et des mâles de taille plus importante ils se reproduisent plus tard mais seront les mâles dominants du groupe. De plus on peut noter que les femelles de souches sauvages se reproduisent plus et plus facilement que celles de souche d’élevage et cela par instinct de survie de l’espèce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.