Poisson Betta splendens : caractéristiques, comportement et information !

0
2574
Nom Scientifique  Betta splendens
Descripteur Regan, 1910
Famille Osphronemidés
Synonyme(s)
ou Nom(s) commun(s)
  • Betta Rubra (Sci)
  • Betta (Fra)
  • combattant (Fra)
  • combattant du Siam (Fra)
  • Siamese fighting fish (Ang)
  • Siamesischer Kampffisch (All)
Taille Mâle : 7.0 cm, Femelle : 6.0 cm
Origine Inde, Thaïlande, Cambodge, Laos, Malaisie.
Température 24 °C à 30 °C, 28 °C pour la reproduction
pH  5.5 à 7.0, 6.0 pour la reproduction
Dureté  6 °d GH à 15 °d GH, 8 °d GH pour la reproduction
Zone de vie Surface & Milieu
Description Vivant dans les eaux stagnantes des fossés et rizières, ce poisson possède un labyrinthe afin d’assimiler dans l’air, l’oxygène peu présent dans l’eau.
C’est pourquoi, il lui faut un aquarium couvert afin que l’air soit à température de l’eau.
La forme originelle sauvage a les nageoires courtes et des couleurs peu vives.
Cela dit, la plupart des bettas que l’on rencontre de nos jours sont le fruit de nombreuses et patientes années de sélection. On en trouve de toutes les couleurs (bleu, bleu clair, rouge, jaune, orange, vert, turquoise, violet, violet clair, noir, blanc, rose, caramel) et aux voiles très développés.

Les femelles sont dans l’ensemble plus ternes, quoique de nos jours, on en rencontre de plus en plus colorées. Leurs voiles par contre restent courts.

Il y a les variétés: « Ban Pak Bara », « Cha Am », « Hua hin », « Khao Yai », « Ko Samui », « Sam Roy Yod », « Professional Fighter » et Fantail.

Certaines variétés atteignent la taille de 9cm.

Espérance de vie 2 – 3ans
Comportement Les mâles ne se supportent pas, on doit les maintenir impérativement seuls (à moins qu’ils soient issus d’une même portée, qu’ils n’aient jamais été séparés, et ce dans un très grand bac).

La maintenance mâle femelles est possible, mais il faut alors un minimum de 3-4 femelles pour diluer l’agressivité du mâle (ou de la femelle dominante).
De même, un groupe de femelles seules devra comporter un minimum de 4 individus.

Ce sont des poissons au comportement interspécifique agréable, sauf pour quelques individus très agressifs qui importunent les autres hôtes du bac.
Il est à noter aussi que les bettas sont à déconseiller dans des bacs communautaires peuplés de poissons vifs et aux nageoires développées : En effet des hôtes comme les guppy (mâles) aux grandes nageoires dorsale et caudale déclenchent l’instinct agressif de certains combattants qui peuvent les affaiblir considérablement, voir les tuer.
Ce même comportement est observé chez la femelle lorsque celle-ci est mise en contact avec un mâle Betta non réceptif : elle le malmènera jusqu’à l’épuisement ou sa mort…

Le plus souvent, le combattant mâle est victime des autres occupants du bac : Ses longues nageoires l’handicapent, ce qui empêche une bonne cohabitation avec des espèces vives ou agressives.
Les mâles gagnent à être maintenus seuls.

Il s’agit d’un poisson carnivore, qui ne digère pas les paillettes « classiques » : une alimentation spécifique (il existe des aliments secs spéciaux pour betta) agrémentée de petites « proies » liophilisées, congelées ou vivantes (vers de vases, artémias, krill…) sera nécéssaire.

Reproduction Choisir un petit bac de 20 à 40 litres, rempli à moitié (la hauteur d’eau ne doit pas être supérieure à 20 cm), sans gravier, avec par contre beaucoup de cachettes et quelques plantes flottantes. Le fond doit être sombre. L’eau doit avoir une température comprise entre 26 et 28°C, et la surface ne doit pas remuer.
Introduire le mâle dans ces conditions.
Puis, après que celui-ci se soit habitué aux lieux, introduire la femelle dans un récipient en verre, afin que le mâle la voit mais ne puisse la toucher. Celui-ci va alors entamer la construction d’un nid de bulles. Ce dernier est fragile, il convient donc de surveiller le débit du filtre et les mouvements de l’eau.
Il faut maintenant surveiller la femelle, celle-ci doit être prête afin d’éviter un carnage au moment de la libérer.
Tout d’abord, son ventre doit être rebondi. Souvent aussi, elle se positionne tête vers le bas. Ensuite, le meilleur moyen de s’assurer qu’elle soit prête est le fait que ses bandes horizontales aient laissé place à des bandes verticales, là on peut la libérer. Le mâle entame alors une poursuite dans tout le bac, puis dirige celle-ci, si tout se passe bien, vers le nid de bulles, la ponte commence et dure quelques heures. La femelle aide parfois le mâle à placer les oeufs au sein du nid.
La ponte terminée, la femelle doit être retirée, sous peine d’être malmenée et de perturber le mâle (qui ne s’occupera plus des oeufs), qui doit lui être laissé avec sa progéniture, qu’il va surveiller 5 jours durant.

L’éclosion a lieu généralement dans les 24 heures qui suivent la ponte. Les alevins restent suspendus au nid durant 36 heures environ.

Dès que les jeunes nagent horizontalement de manière autonome, il faut enlever le mâle.

Il faut maintenant leur procurer des infusoires. Dès la fin du frai, introduire dans le bac du riccia ou une feuille de laitue.
Plus tard, les alevins accepteront des nauplies d’artémia ou des micro vers.

NB : On peut aussi introduire les 2 individus en même temps à condition de s’être assuré de la maturité de la femelle. La nidification a généralement lieu le jour qui suit l’introduction et le frai le jour suivant.

Dimorphisme Les mâles présentent des couleurs plus vives, et des nageoires beaucoup plus développées.
Les femelles matures présentent une papille génitale (petit point blanc) au niveau de l’orifice génital.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.